Le Shiatsu

 

le shiatsu naît au Japon

Temple abritant un gong pour la paix à HIROSHIMA (photo prise à Hiroshima par Violette Melendez)

D’où vient le Shiatsu ?

Le Shiatsu est un soin manuel d’origine Japonaise, né au début du XXe siècle (entre la fin de la période  Meiji et le début de la période Taïsho).

Parmi ses ancêtres directs comptent principalement la très ancienne thérapie Amma, elle même venue de Chine, mais aussi la technique des Katsu, technique de réanimation pratiquée autrefois couramment dans le milieu des arts martiaux.

on ne doit toutefois pas sous-estimer la rencontre de la Médecine sino-japonaise avec la médecine occidentale et ses principes anatomiques qui a, elle aussi,  joué un rôle important dans la création du Shiatsu.

C’est grâce à des médecins et des thérapeutes japonais de la fin du XIXe et du début du XXe siècle que naquit la pratique du Shiatsu, telle que nous la connaissons aujourd’hui.

Ces médecins, soucieux de ne pas voir disparaître leur médecine traditionnelle sous l’influence, à cette époque grandissante, de l’Occident, et désireux de préserver ses principes ancestraux, témoignèrent à travers le Shiatsu de son importance et de son efficacité.

Aux côtés de l’acupuncture et des autres disciplines qui constituent le corps et la richesse de la médecine traditionnelle extrême-orientale, le Shiatsu devait se révéler comme une méthode de soin manuelle complète, structurée, précise et moderne.

pratique shiatsu Professeur Okuyama

Omiya: Professeur Nidai Soke Okuyama faisant un cours (photo Violette Melendez)

Parmi ces médecins, le Dr Hirata, formé aux 2 médecines, orientale et occidentale, développa la médecine Koho. Un de ces élèves, Ryuho Okuyama, créa et mis au point le Koho-shiatsu.

Violette Melendez a  étudié le Koho-Shiatsu auprès des Professeurs Thierry Riesser ( qui fut l’élève direct de Me Okuyama) et Yoko Saito.

L’école-mère (l’Hakko-ryu) est aujourd’hui dirigée par Nidai Soke Okuyama, fils du fondateur de l’Ecole, et se trouve toujours à Omiya, près de Tokyô.

En 1955, à la suite du tutorat américain et après huit années d’une enquête imposée par le gouvernement* dans le but affiché d’éliminer les pratiques dites douteuses, la technique du Shiatsu fut choisie, seule parmi trois cents autres pratiques de soin répertoriées à cette époque-là à Tokyô, pour son sérieux, son efficacité et son absence d’effets iatrogènes.        

* voir l’ouvrage de Violette Melendez  

                                                                                                                                                                        Définition du Shiatsu par le ministère de la Santé Japonais :

shiatsu-japonais

« Le Shiatsu est une méthode manuelle de soin employant principalement les pouces, mais aussi les autres doigts et les paumes des mains, sans adjonction d’aucun instrument mécanique ou autre, pour appliquer des pressions sur des points déterminés de la peau, afin de corriger un dysfonctionnement interne, promouvoir et maintenir la santé, et traiter certaines affections spécifiques en réactivant la capacité naturelle d’auto-guérison de l’individu. »

Cette méthode, introduite en France fin des années 1960 / début des années 1970 par un très petit nombre de japonais, enseignée d’abord dans le milieu des arts martiaux principalement, y est aujourd’hui largement connue, pratiquée et appréciée.                                                                              

Depuis 2002, le Shiatsu est reconnu par le Parlement européen comme faisant partie des huit thérapies naturelles complémentaires.

Depuis 2015, le Syndicat Professionnel de Shiatsu (SPS) a obtenu son inscription au Registre National des Certifications Professionnelles (RNCP) et permet la délivrance d’un titre professionnel de « Spécialiste en Shiatsu, par les écoles agréées.

Soin et prévention

La pensée extrême-orientale a donné naissance au concept d’Énergie. Ce concept y domine chacun des domaines de la vie courante mais avant tout, pour ce qui nous intéresse, celui de sa médecine et de ses méthodes de soin.

Le Shiatsu est un art favorisant la santé et le bien-être.

La médecine d’Extrême-Orient, fait de l’Énergie le matériau essentiel et fondateur du corps humain. Prenant des densités différentes, elle y circule en permanence, mettant en action, transportant, nourrissant, réchauffant, protégeant, nettoyant, empruntant des trajets, nombreux et précis.

position shiatsu Violette MelendezL’objectif d’un traitement de Shiatsu est de rendre à l’organisme, grâce à un travail de pressions rigoureusement adapté et précis sur les points des différents trajets énergétiques, toute sa vitalité et toute sa capacité d’auto-guérison.

Le travail de régulation et de libération effectué pendant les séances de Shiatsu aide l’organisme à « respirer », à se débarrasser des toxines accumulées et assouplit le corps. Son but est d’équilibrer ses différentes fonctions et d’améliorer leurs relations mutuelles, favorisant ainsi la récupération de son pouvoir naturel de lutte contre la maladie.
En somme les capacités de son système  de défense.

ki - énergie en japonais

Ce qui signifie qu’un bon traitement de Shiatsu est destiné à soulager les symptômes, mais également à corriger le terrain physiologique qui a favorisé leur apparition et leur évolution et à augmenter la force du système immunitaire.

Il s’adresse à la partie malade, mais également à l’ensemble du corps.

Il a donc une visée préventive et régulatrice des fonctions.

Le Shiatsu peut, naturellement, accompagner d’autres formes de thérapies, y compris des traitements médicamenteux longs et éprouvants.

La Pression : principal geste dpressions shiatsu Violette Melendezu Shiatsu                  La technique du Shiatsu repose essentiellement sur la pression manuelle des points (Keiketsus et Tsubos). Ceux-ci étant situés le long des trajets énergétiques (Keirakus). Littéralement, le mot shiatsu veut  dire « pressions avec les doigts ».

Si le mot Shiatsu, désignant la méthode que nous connaissons, date du milieu de la période Meiji, la référence à la « pression » dans la littérature médicale japonaise est, elle, beaucoup plus ancienne, puisque celle-ci constituait déjà une grande partie des techniques manuelles pratiquées sur les sols chinois et japonais depuis des siècles.

La nécessité de préserver la connaissance des méridiens et des points y est également constamment rappelée. 

La sensibilité du praticien et la précision de son travail selon les besoins du patient font du Shiatsu un soin vivant, agréable, enveloppant et efficace.

Le traitement de shiatsu est adapté à chaque personne et à chaque cas pathologique. Il peut donc être administré à tout âge.